Les TMS : Troubles Musculo-Squelettiques

Les TMS sont les pathologies mécaniques les plus répandues aujourd’hui. En lisant ces articles vous saurez tout sur leur mode d’apparition, leurs conséquences sur le corps, comment les prévenir et comment s’en débarrasser.

Le contenu étant trop dense cet article sera divisé en 2 parties :

  1. Les TMS : Troubles Musculo-Squelettiques
  2. Les TMS au Travail (Lien prochainement en bas de page)

Qu’appelle t’on un TMS ?

Le terme « troubles musculo-squelettiques » (TMS) regroupe un grand nombre d’affections du corps  qui touchent aussi bien les muscles, les tendons, le cartilage que les nerfs et les vaisseaux sanguins. Ils se traduisent par des douleurs et troubles fonctionnels principalement localisés au niveau du dos et des membres supérieurs. Ils sont déclenchés par les mouvements quotidiens.

Parmi les TMS les plus fréquents on retrouve les douleurs au niveau du bas du dos, du cou, aux poignets et aux épaules. Les TMS des membres inférieurs sont moins fréquents.  

Quels sont les facteurs qui favorisent les TMS ?

Les TMS sont des pathologies plurifactorielles, on ne peut mettre en avant une seule cause précise. Bien qu’il existe des facteurs de risque individuels (l’âge, l’obésité, la grossesse, une pathologie rhumatismale, les activités extra-professionnelles), ces troubles sont dans la plupart des cas liés à l’activité professionnelle.

Des études ont démontrées le lien entre l’installation des TMS et l’activité professionnelle, c’est pourquoi les TMS font partis des maladies professionnelles.

La grande majorité des TMS sont dus aux mauvaises postures et aux gestes  répétitifs liés au poste de travail et à son environnement, d’autres facteurs tout aussi importants sont à citer comme le climat social dans l’entreprise, l’organisation du travail, l’accroissement des contraintes de productivité…

Les facteurs de risques des TMS

Le schéma ci-dessus met en avant les facteurs participant à l’installation et au maintien des TMS :

·         Le facteur biomécanique correspond à la répétitivité des gestes, aux efforts excessifs, aux positions statiques prolongées et aux mauvaises postures. Ce facteur agit directement sur le corps et les tissus articulaires, il est primordial pour sa santé d’être vigilent sur ces paramètres, tant pour une activité physique que sédentaire.

·         Les facteurs psychosociaux comprennent le stress lié à la quantité de travail à fournir en un temps imparti, au manque de soutien social et à l’insécurité de l’emploi. Ce facteur est source de stress et de tensions musculaires, on ne prend pas de temps  pour soi, pour appliquer les bons gestes et avoir une bonne posture.

·         L’organisation intervient également dans l’installation des TMS. Une mauvaise organisation se répercute sur les pauses, les horaires de travail. La répartition et l’alternance des tâches est importante, le travail en équipe permet une meilleure récupération en limitant les facteurs biomécaniques et psychosociaux.

·        Les facteurs individuels comme l’âge, l’état de santé (baisse de l’immunité, fragilité psychologique) et l’hygiène de vie (fatigue, surpoids) sont à prendre en compte dans l’installation des TMS.

Exemples de TMS

TMS et colonne vertébrale

Sur  la colonne les TMS se traduisent par des douleurs ainsi que des raideurs articulaires et musculaires, on parlera de :

·         Lombalgie, douleur et tension musculaire localisées dans le bas du dos. A long terme cela favorise l’apparition de discopathie, hernie discale, lumbago, sciatique…

·          Dorsalgie, gène et douleur dans le haut et milieu du dos pouvant se répercuter sur la cage thoracique (côtes).

·         Cervicalgie, douleur et tension musculaire au niveau du cou et des trapèzes. Sur le long terme cela peut provoquer des vertiges, maux de tête, Névralgie cervico-brachiale, torticolis…

TMS et membres

Au niveau des membres supérieurs on va retrouver un plus grand nombre de pathologies qui sont liées aux :

·         Muscles, celles-ci entraineront des tensions musculaire et une perte de force.

·         Tendons, cette catégorie regroupe toutes les tendinopathies, dont le syndrome de la coiffe des rotateurs à l’épaule, tennis elbow, le golf elbow au coude, la tendinite de De Quervain au poignet

·         Nerfs, l’atteinte la plus connues est le syndrome du canal carpien (poignet). La névralgies cervico-brachiales et la sciatique sont également des atteintes nerveuses

Vaisseaux sanguins, syndrome du défilé cervico-thoracique, syndrome de Raynaud dit : syndrome des doigts blancs.

FIN de la 1ère partie de l’article.

Pour lire la 2ème partie, cliquez sur le lien suivant : L’Ergonomie en Entreprise, prévention des TMS.